A la recherche des eaux souterraines : la grotte

12.10.2015

Le BRGM et le SIGES Aquitaine (Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine) proposent de découvrir les différents accès aux eaux souterraines. La grotte.

A la recherche des eaux souterraines : la grotte

Le BRGM et le SIGES Aquitaine (Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine) proposent de découvrir les différents accès aux eaux souterraines. La grotte. © BRGM - 2015

Transcription de la vidéo

Là, on se situe à côté de la commune de Frontenac, en plein cœur de l'Entre-deux-Mers. Et on se situe juste au fond d'une doline, un phénomène karstique qui a été creusé par l'eau. Un karst, c'est... Tout d'abord, la karstologie. La karstologie, c'est l'étude de l'action de l'eau sur un certain type de roches. La quasi-totalité des roches karstifiables sont des roches sédimentaires, carbonatées, dont le principal représentant est le calcaire. Vous avez pu remarquer un certain nombre de concrétions à l'intérieur de la cavité. Ces concrétions, elles se forment par précipitation du calcaire. Le calcaire est dissous par l'eau. Puis s'infiltre dans la roche. Ensuite, au moment où, dans la cavité, il arrive au contact de l'air, il reprécipite pour cristalliser et former des concrétions, qui peuvent être de nature diverse, calcite, aragonite, gypse.

En Gironde, ici, on trouve essentiellement de la calcite. C'est ce qui forme les stalagmites et les stalactites. Donc stalactites, vers le bas. Stalagmites, vers le haut. Et quand elles se rencontrent, on appelle ça une colonne. L'eau est montée dans la cavité. Et il y a eu une activité d'écoulement un peu plus importante, et des phénomènes, on va dire, de tourbillons, qui font qu'il y a une accumulation de mousses, ce qu'on appelle de la mousse de crue, qui sont pas spécialement caractéristiques d'une pollution quelconque. C'est simplement une mousse qui s'accumule. L'eau est collectée sur tout un... ce qu'on appelle, un bassin versant. C'est une surface qui collecte toutes les eaux. Et les eaux, ensuite, se regroupent par différents drains dans la cavité. L'eau s'écoule et continue de creuser la cavité par dissolution. Et puis, ensuite, cette eau... Alors, une partie va partir dans les nappes phréatiques et une partie, on va dire la plus grosse partie, va ressortir par une résurgence en aval de la cavité. La plupart des cavités se trouvent vraiment dans l'Entre-deux-Mers. Et, là, on parle de plus de 500 cavités naturelles recensées en Gironde.

Quand on parle de cavités naturelles recensées, ça va de la plus petite cavité, qui peut faire quelques mètres, jusqu'à la plus grande cavité, qui est ici, qui est le réseau du Grand-Antoine et qui fait 8,5 km de développement. Ce qu'on voit le plus, ce sont les chauves-souris. Ensuite, après, à l'intérieur des grottes, on y trouve des habitants de fortune souvent qui sont prisonniers là par écoulement des eaux, salamandres, anguilles, grenouilles, qui sont pas des habitants habitués. Et puis, sinon, on trouve essentiellement des animaux, on va dire, de petite taille dans l'eau, comme les niphargus.