Métiers de l'eau : technicien de traitement d'eau potable

21.04.2016

Jean-Paul Rodrigues, technicien de traitement d'eau potable. Portrait réalisé pour le SIGES Aquitaine (Aquitaine, 2016).

Métiers de l'eau : technicien de traitement d'eau potable

Jean-Paul Rodrigues, technicien de traitement d'eau potable. Portrait réalisé pour le SIGES Aquitaine (Aquitaine, 2016). © BRGM

Transcription de la vidéo

- Mon métier est technicien de traitement d'eau potable. Sur ce site, les différentes étapes pour rendre l'eau potable sont, à partir de l'eau brute, en 1er, la coagulation. Puis une aération de l'eau. Ensuite, on ajoute un floculant pour la floculation. Une fois que c'est fait, on fait une décantation à travers des décanteurs lamellaires. Ensuite, une fois la décantation terminée, on passe dans des filtres à charbon. C'est la filtration. Á la fin de la filtration, on fait des désinfections puis une mise à l'équilibre de l'eau.

Une journée type dans ma peau, c'est, en 1er, recevoir les appels de mon responsable, qui me donne les sollicitations qui sont hors de mon planning. C'est-à-dire changer une bouteille de chlore ou dépanner une usine qui est en défaut. Après, c'est faire des contrôles hebdomadaires sur les différents sites, vérifier le bon fonctionnement des usines.

Les contrôles que j'effectue, sur la plupart des sites, c'est le bon fonctionnement des déferriseurs. Ils permettent d'enlever le fer qui est contenu dans l'eau brute. Et vérifier aussi le chlore, l'injection de chlore en départ usine. Voir si l'analyseur de chlore est bien étalonné. Faire un recalibrage si c'est nécessaire. Sur certaines usines, on vérifie aussi la turbidité, notamment ici, à Budos. Car l'eau brute est à une turbidité d'un peu plus de 2 NTU, en temps normal, et lorsqu'il y a beaucoup de pluie, on peut monter à des turbidités très élevées avoisinant presque 100 NTU. D'où le fait que l'on ait un décanteur. Je vérifie aussi le PH de l'eau avec un pH-mètre portable. Ça permet d'avoir un bon équilibre calco-carbonique en sortie d'usine qui permet d'avoir une eau légèrement incrustante qui assure une plus grande longévité aux canalisations. Tous les sites d'eau potable sont surveillés 24 / 24 h par un télécontrôleur. Ça lui permet de voir tous les défauts en temps réel. Donc à la moindre alarme, il nous passe un coup de fil en journée, ou, lorsqu'on est d'astreinte, il peut nous appeler 24 / 24 h.

J'ai une double compétence dans ce métier. Je suis technicien de traitement mais aussi, à l'origine, j'étais électromécanicien, ce qui me permet de surveiller les paramètres de potabilité des usines et aussi de pouvoir dépanner ces usines lorsqu'elles sont en défaut.

Les qualités requises pour ce métier, c'est d'être assez autonome. Je travaille assez souvent tout seul. Ne pas avoir peur d'être mobile. Dans la journée, on bouge beaucoup. On se déplace sur beaucoup de sites. Après, il y a la disponibilité. Étant donné qu'on fait un service public, il faut pouvoir répondre présent dès qu'il y a un problème.

Le conseil que je donnerais à un jeune qui veut faire ce métier, c'est donc déjà d'être assez passionné par le métier de l'eau et surtout, de ne pas avoir peur d'être un peu contraint de travailler des fois le week-end. Si j'étais une goutte d'eau, je serais à la source.