Interview de Serge Lallier (BRGM) à Solutions COP21 sur la ressource en eau souterraine

15.01.2016

Dans le cadre de la Conférence Paris Climat 2015, le BRGM a participé à l'événement Solutions COP21, au Grand Palais à Paris, du 4 au 10 décembre 2015. Sur le pavillon "Recherche et climat" du ministère de l'Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les chercheurs ont présenté 32 solutions pour le climat. Interview de Serge Lallier (BRGM) (Paris, 2015).

Interview de Serge Lallier (BRGM) à Solutions COP21

Dans le cadre de la Conférence Paris Climat 2015, le BRGM a participé à l'événement Solutions COP21, au Grand Palais à Paris, du 4 au 10 décembre 2015. Interview de Serge Lallier (BRGM) sur la ressource en eau souterraine. © Pôle EDD - Canopé Amiens

Transcription de la vidéo

- Serge Lallier. Je suis ingénieur hydrogéologue au Bureau de recherches géologiques et minières, et donc en charge de l'étude et du comportement de la ressource en eaux souterraines.

L'instrument que vous voyez ici est un instrument tout à fait simple. Il simule un forage qui serait foré dans le sol et qui atteindrait le niveau de l'eau de la nappe souterraine, et il sert tout simplement à mesurer le niveau de cette eau dans ce réservoir souterrain. Un peu à l'image d'un appareil qui mesurerait le niveau d'un liquide dans un réservoir quelconque, alors que là, notre réservoir, c'est ce qu'on appelle un aquifère, donc une couche dans le sous-sol qui est porteuse d'eau.

L'état des nappes phréatiques en France est évidemment variable, mais disons que sur un plan global, la France ne souffre pas de problèmes d'eau, sauf ponctuellement et régionalement. Vous avez certainement entendu au travers des médias que parfois, il existe des tensions en matière de ressources d'eau, et donc des restrictions d'usage, mais, encore une fois, cela revêt un caractère plutôt régional, local, mais retenons qu'au niveau global, en France, nous ne souffrons pas de problèmes de ressources en eau.

Le BRGM étudie ces ressources afin de pouvoir les qualifier et il œuvre également comme opérateur de l'État, justement, pour fournir au travers de ce réseau d'instrumentations, qui sont composées d'environ, en France, un peu plus de 3 000 de ces appareils pour avoir une situation de l'état général de nos réservoirs souterrains en temps réel et pouvoir fournir tous ces renseignements à l'administration d'un point de vue quantité avec ces appareils, mais aussi, au travers de ce réseau, d'un point de vue de qualité. BRGM et changement climatique, ça revêt divers aspects. Ça revêt, évidemment, puisque nous sommes dans le sujet, la problématique de la ressource en eau, donc essentiellement de sa gestion, puisque, encore une fois, il n'y a pas de problèmes de fond.

Le changement climatique impacte aussi toute la zone littorale. Comme vous le savez, la problématique de remontée du niveau des mers n'est pas sans effets, justement, sur l'érosion et donc la stabilité de ce littoral, et très généralement, donc, de son recul. Et comme autre thème lié au changement climatique, on peut évoquer, évidemment, tout ce qui a trait aux énergies renouvelables. En particulier, nous pensons à la géothermie, c'est-à-dire récupérer la chaleur des couches profondes du sol et l'exploiter.