Le BRGM et l’Université du Cap signent un premier accord dédié à la gestion durable des ressources naturelles

Communiqués de presse - 05.02.2019
Le BRGM et l’Université du Cap (UCT) ont signé un premier accord le 4 février 2019 à l’occasion du congrès "INDABA 2019 - Investing in African Mining" au Cap, en présence de Laurent Amar, Consul Général de France au Cap et de William Roos, directeur des Affaires économiques à l’Ambassade de France à Prétoria. Un accord qui vise à promouvoir une coopération scientifique en vue de contribuer à la recherche dans les domaines des ressources minérales et de la gestion de l’environnement.

Signé pour une durée de 5 ans, cet accord officialise une relation basée sur la complémentarité entre l’université du Cap, leader des universités scientifiques en Afrique et le BRGM dont près de 80% l’activité internationale se déploie sur le continent africain. L’UCT et le BRGM s’associent pour favoriser la recherche sur trois thèmes majeurs : la "mine responsable", l’économie circulaire et la gestion durable des ressources en eau.

Pierre Toulhoat (BRGM) et Professor Kevin Naidoo (UCT), lors de la signature de l’accord entre les deux établissements, le 04 février 2019 à l’Université du Cap

Pierre Toulhoat (BRGM) et Professor Kevin Naidoo (UCT), lors de la signature de l’accord entre les deux établissements, le 4 février 2019 à l’Université du Cap. © BRGM

Il s’agit notamment de développer des démarches innovantes en matière de traitement de ressources minérales primaires ou de recyclage de déchets miniers, mais également dans le cadre d’une gestion durable des eaux souterraines appliquée en particulier aux sites miniers et à l’alimentation en eau des zones urbaines.

Les ressources minérales et l’eau au coeur des enjeux de demain

Dans un premier temps la collaboration entre le BRGM et l’Université du Cap portera sur les thématiques suivantes :

  • La valorisation des ressources, dont l’amélioration des technologies de bio-hydrométallurgie aux matières premières primaires et secondaires ;
  • La compréhension et la gestion des risques et des impacts dans l’environnement d’anciens sites miniers ;
  • La recharge des aquifères artificiels et autres solutions alternatives permettant de palier à la raréfaction de l’eau.

Des échanges de scientifiques, l’organisation conjointe de conférences, le partage d’outils de simulation numérique ainsi que la préparation de projets et de propositions bilatéraux et multi-partenariats sont également prévus.

"L’UCT est la première université de recherche en Afrique et établie en outre dans l’un des plus grands pays miniers au Monde. Il est donc stratégique pour un établissement comme le nôtre dont 80% de l’activité internationale se déroule sur ce continent. L’éligibilité de l’Afrique du Sud au programme européen H2020 est également un atout, car cette alliance pourra s’intégrer également dans une dynamique européenne" déclare Pierre Toulhoat, Directeur général délégué et Directeur scientifique du BRGM.

"La nécessité d’un changement de paradigme dans les pratiques d’extraction et de traitement des minerais est largement reconnue compte tenu de la préoccupation grandissante autour de l’exploitation responsable. Le BRGM et l’UCT partageant cet intérêt commun et des compétences complémentaires, le développement de nos interactions et de notre collaboration constitue un atout précieux pour nos deux institutions et au-delà. Dans le cadre de cet accord, l’UCT mobilisera notamment ses capacités de recherches interdisciplinaire en enrichissement et valorisation des minerais avec l’accent mis sur l’importance du développement régional au profit de la communauté et une gestion participative autour de la préservation de la qualité de l’eau"  explique le Professeur Sue Harrison, Directrice du Centre of Bioprocess Engineering Research à l’Université de Cape Town.

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger le communiqué de presse