Le réseau tempêtes de l’Observatoire de la Côte Aquitaine

06.11.2019
Emanation de l’Observatoire de la Côte Aquitaine (OCA), le réseau tempêtes a pour mission la surveillance du littoral face aux évènements érosifs brutaux. À l’heure actuelle, il couvre les 350 km de côte de l’ex-région Aquitaine et vise à informer sur les impacts potentiels des tempêtes, observer leurs conséquences et mieux comprendre ces phénomènes.

Prévision à + 5 jours, en fonction de l’intensité de la tempête, de l’aléa érosion sur le littoral aquitain. Extrait du bulletin automatique du dispositif Surveillance Erosion. © BRGM

Le besoin

Le littoral de la côte aquitaine, exposé plein ouest, subit les assauts des tempêtes qui traversent le Golfe de Gascogne et se retrouve parmi les littoraux français les plus vulnérables au phénomène d’érosion côtière. Cependant, la compréhension des relations entre les conditions météo-océaniques et la dynamique littorale est encore très limitée, notamment à cause du manque d’observations terrain réalisées lors des périodes de tempêtes. D’autre part, afin d’anticiper les impacts potentiels des tempêtes sur le littoral, les collectivités porteuses de stratégie locale de gestion de la bande côtière (SLGBC) en Aquitaine, souhaitent se doter d’un outil de surveillance et de prévision de l’érosion.

Les résultats

Pour répondre à ce besoin, le BRGM a développé le réseau tempêtes dans le cadre de deux programmes complémentaires à l’OCA (2015-2017 puis 2017-2018). Articulé autour d’un réseau d’acteurs volontaires et d’un dispositif de veille automatique sur les évènements météo-marins (dispositif Surveillance Erosion), ses principales fonctions sont les suivantes :

  • Informer sur les conditions météo-marines ainsi que sur leur potentiel érosif avant la tempête (émission automatique d’un bulletin de prévision de l’aléa érosion spatialisé à 5 jours) ;
  • Homogénéiser et mutualiser les observations faites sur le littoral aquitain avant, pendant ou à la suite d’une tempête à travers des outils dédiés : forum du réseau tempêtes, application mobile i-InfoTerreTM ;
  • Informer sur ce qui s’est produit après la tempête (conditions météo-marines, observations, dégâts…) et mettre à disposition du public ces informations ;
  • Capitaliser les informations sur les tempêtes majeures qui ont affecté le littoral régional (BD Tempêtes du BRGM) ;
  • Contribuer à l’amélioration de la compréhension des processus conduisant à l’érosion du littoral.

L’utilisation

Le dispositif Surveillance Erosion, ainsi que les outils permettant la remontée d’information terrain (forum, appli mobile), sont déployés à l’ensemble des membres du réseau tempêtes depuis novembre 2018. Le réseau tempêtes s’intègre ainsi progressivement aux échelons locaux (SLGBC) et régionaux (Région Nouvelle-Aquitaine, État…). Le dispositif Surveillance Erosion est, à ce jour, le premier dispositif de prévision traitant de l’érosion à l’échelle régionale en France.

Ils en parlent

« Le BRGM a eu un rôle très positif dans la construction du réseau tempête de l’Observatoire de la Côte Aquitaine. En effet, ce besoin émanait du comité technique, mais également du comité des utilisateurs. Dès lors, le travail de recensement et de gestion des données disponibles sur un site internet et une application mobile répond en tous points aux préoccupations des gestionnaires du littoral. La proximité du BRGM avec le territoire a manifestement produit une réponse technique utile et pertinente. »
Anne Guchan, chargée de mission Mer et Littoral, Direction de l’environnement du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine

Début de la tempête Christine, le 2 mars 2014 à Mimizan (Nouvelle-Aquitaine). © Observatoire de la Côte Aquitaine – Bertrand Duport

Les partenaires

  • Europe (FEDER)
  • État (SGAR, DREAL et DDTM)
  • Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine et Conseils Départementaux de la Gironde, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques
  • Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon
  • Collectivités locales porteuses de SLGBC (communauté de communes Médoc-Atlantique, Lacanau, Lège-Cap-Ferret, La Teste-de-Buch, communauté de communes des Grands Lacs, Mimizan, Capbreton, CAPB…)
  • Organismes de recherche : laboratoires EPOC, SIAME, LIENSs, Centre de la Mer de Biarritz
  • Conservatoire du Littoral
  • Parc Naturel Marin du Bassin d’Arcachon et Grand Site de la Dune du Pilat
  • CEREMA et Office National des Forêts
  • GIP Littoral