RenovRisk : un projet de recherche sur les phénomènes gravitaires et érosifs à la Réunion

12.02.2020
Quatre équipes pluridisciplinaires de chercheurs du BRGM se sont regroupées en collaboration avec l’Université de La Réunion autour du projet RenovRisk-Erosion pour étudier les aléas gravitaires et érosifs dans les cirques de l’île de La Réunion, à l’échelle des bassins versants Rivière des Pluies / Salazie.

Logo du projet RenovRisk

Le programme de recherche RenovRisk vise à étudier les aléas naturels liés aux cyclones tropicaux dans le sud de l’Océan Indien et à évaluer leurs impacts sur le développement économique de la région.

Le programme de recherche est constitué de 4 projets interdépendants : RenovRisk-Cyclones, RenovRisk-Erosion, RenovRisk-Transports et RenovRisk-Impacts sur lesquelles travaillent des équipes pluridisciplinaires coordonnées par l’Université de la Réunion et le BRGM.

Le Laboratoire Géosciences Réunion (LGSR) et le BRGM ont construit conjointement le projet de recherche RenovRisk-Erosion. Ce projet a pour vocation de poursuivre et perfectionner les suivis des phénomènes gravitaires et érosifs dans les cirques de La Réunion, initiés notamment dans le cadre des projets MvTerre (2003-2008) et MvTerre-2 (2011-2014).

Les phénomènes gravitaires et érosifs dans les cirques de La Réunion

La Réunion est une île volcanique au climat tropical régulièrement impactée par les cyclones. Au-delà des vents violents, ces phénomènes climatiques extrêmes sont associés à des épisodes pluvieux de forte intensité engendrant de nombreuses déstabilisations gravitaires.

Les pluies records de l’île de La Réunion figurent souvent parmi les pluies les plus intenses enregistrées dans le monde.

Glissements de terrain d’Ilet à Vidot et de Mare à Poule d’eau dans le cirque de Salazie, La Réunion

Glissements de terrain d’Ilet à Vidot et de Mare à Poule d’eau dans le cirque de Salazie, La Réunion. L’érosion active des ravines associées aux événements de pluies intenses favorise le déclenchement d’instabilité et le déplacement des terrains sur lesquels est installée la population. Les contours jaunes délimitent des exemples de zones d’érosion active, le contour bleu délimite un compartiment stable. © R. Carayol

Les mouvements de terrains sont particulièrement actifs dans le cirque de Salazie du fait de son encaissement et des fortes précipitations qui s’y produisent. On y observe différents phénomènes :

  • Les glissements lents de grande ampleur : on en dénombre 6 dans le cirque de Salazie, avec l’exemple du glissement de Grand Ilet. Ce dernier représente le déplacement de plusieurs dizaines de centimètres par an d’un volume de plus de 350 Mm3 sur lequel sont installées des habitations.
  • Les phénomènes catastrophiques : mouvements gravitaires localisés et instantanés. Il peut s’agir de glissements de plusieurs dizaines milliers de mètres cubes, d’effondrements de rempart ou encore de "déboulés", terme local désignant le phénomène de recul quasi-instantané de la bordure de l’Ilet de plusieurs centaines de mètres.

Objectifs du projet RenovRisk-Erosion

Le projet RenovRisk-Erosion a pour objectifs d’ici fin 2021 :

  • de caractériser et d'acquérir des connaissances fondamentales sur les glissements et les éboulements rocheux des cirques ;
  • d'appréhender le fonctionnement des glissements de terrain selon le facteur "eau" à l'origine des mouvements ;
  • de modéliser la dynamique des glissements de terrain au regard du changement climatique ;
  • de détecter et suivre le transport des matériaux déstabilisés lors des crues afin d'intégrer ces données dans les plans de prévention des risques naturels liés aux cyclones tropicaux.

Suivi des déplacements des glissements de terrain et des effondrements rocheux

Afin de mieux comprendre la dynamique de ces glissements et d’évaluer l’aléa mouvement de terrain à La Réunion, le BRGM et le LGSR disposent d’importants réseaux d’observations. Depuis 2011, des relevés géodésiques et topographiques de grande précision et des campagnes de mesures sismiques et électromagnétiques ont été effectués sur les principaux glissements de terrain de grande ampleur et aux abords des remparts des cirques de l’île. Le BRGM procède également au suivi hydrologique et géochimique des eaux souterraines et des eaux de surface aux niveau des grands glissements. Un réseau sismique large bande a été installé pour suivre le transport des produits de l’érosion en continu dans les rivières.

Suivi des mouvements de terrain dans les cirques de La Réunion

Suivi des mouvements de terrain dans les cirques de La Réunion. Campagne de mesures géodésiques. © BRGM

Suivi des mouvements de terrain dans les cirques de La Réunion

Suivi du transport des produits de l’érosion. Campagne de mesure granulométrique dans la Rivière des Pluies. © Alicia Gonzalez - Thèse

Suivi des mouvements de terrain dans les cirques de La Réunion

Suivi des mouvements de terrain dans les cirques de La Réunion. Campagne de suivi hydrométrique. © BRGM

Ces données ont notamment permis de mettre en évidence le rôle des eaux souterraines dans l’accélération de ces glissements de terrain lors des événements cycloniques.

Déplacements cumulés mesurés au centre du glissement de Grand Ilet et modélisé à partir des précipitations

Déplacements cumulés mesurés au centre du glissement de Grand Ilet et modélisé à partir des précipitations (Belle et al, 2013 et 2018). Les phases d’accélérations du glissement concordent avec les épisodes de fortes pluies, comme lors des cyclones Diwa en 2016 et Gamède en 2007.

Actions engagées

Campagnes d’acquisition 

  • Juin 2019 : Levé LiDAR des glissements de terrain du cirque de Salazie
  • Septembre-octobre 2019 : Campagne de cartographie géomorphologique des mouvements gravitaires du cirque de Salazie 

Valorisation des résultats

Logos partenaires

Projet "ReNovRisk-Erosion - processus et impact de l'érosion" avec le soutien financier apporté par l'Union Européenne, l'Etat et la Région Réunion.