Contrat d'objectifs et de performance Etat-BRGM 2018-2022

Le contrat d'objectifs et de performance Etat-BRGM guidera l’action du service géologique national pour la période 2018-2022.

Le BRGM est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du ministère chargé de la Recherche, du ministère chargé de l’Environnement et du ministère chargé des Mines.

Le contrat d’objectifs et de performance Etat-BRGM traduit une vision partagée par l’État et l'établissement public pour la mise en oeuvre de ses orientations stratégiques.

Organisé en 6 grands axes, il fixe 20 objectifs assortis d'indicateurs de performance et de jalons.

6 axes de travail pour 2018-2022

6 axes du COP 2018-2022 du BRGM

Le contrat d’objectifs et de performance Etat-BRGM est décliné en 6 grands axes :

Axe 1 : Promouvoir une politique de recherche au service de la production de connaissances, de l’expertise et de l’innovation

L’activité de recherche est une composante majeure des missions du BRGM, qu’il exerce avec une exigence d’excellence au standard international. La qualité de la recherche et de la production scientifiques conditionne celle des autres activités de l’établissement, depuis l’expertise pour des instances publiques ou privées, le transfert des innovations, jusqu’à la gestion de filiales industrielles et de services.

Cette originalité nécessite une politique scientifique et une programmation qui combinent à la fois la définition d’une stratégie de recherche dans les domaines de spécialité du BRGM (géosciences, géoressources…), le ressourcement des compétences, la stimulation de la production scientifique et le transfert des résultats de la recherche, et qui favorise pour cela l’interdisciplinarité. La performance de la recherche requiert également des infrastructures au meilleur niveau international.

L’ensemble doit être accompagné d’une politique partenariale structurante et en cohérence avec les priorités scientifiques.

Axe 2 : Déployer l’expertise du BRGM en appui aux politiques publiques

Des orientations, à caractère désormais stratégique, du Comité national d’orientation du service public (CNOSP) encadrent chaque année l’activité d’Appui aux politiques publiques (APP) du BRGM avec une vision à trois ans.

Le périmètre couvert par ces orientations est désormais très diversifié, ce qui témoigne d’une réelle adaptabilité à l’évolution des besoins de la puissance publique.

Axe 3 : Soutenir une politique volontariste de valorisation, d’innovation et de transfert

Les activités d’innovation, de valorisation et de transfert des résultats de la recherche constituent l’un des trois piliers du BRGM, en complément au développement de la recherche et de l’expertise scientifique et technique.

Le positionnement actuel de l’établissement reste essentiellement focalisé sur des activités de recherche et d’appui aux politiques publiques, avec de fortes interactions entre ces deux piliers. Un effort particulier sera donc porté sur le troisième pilier, afin de renforcer l’impact économique des activités de R&D et d’expertise, via une meilleure valorisation de leurs résultats et un transfert plus efficace vers le monde socio-économique (y compris vers les filiales du BRGM).

L’objectif général est donc de mettre en application, à tous les niveaux de l’établissement, une stratégie partagée de valorisation et d’innovation. L’ambition est d’accroître la valorisation des résultats scientifiques et techniques en France et à l’international.

Axe 4 : Renforcer la stratégie européenne et internationale du BRGM

Le développement de la stratégie européenne et internationale du BRGM s’inscrit dans un cadre multilatéral.

Les problématiques environnementales actuelles, qu’il s’agisse de l’exploitation et de la gestion durable des ressources, de la transition énergétique, des impacts du changement climatique, présentent toutes des dimensions à la fois locales, régionales et mondiales nécessitant des réponses collectives pour lesquelles les sciences, la technologie et l’innovation auront un rôle majeur à jouer.

Axe 5 : Développer une politique de site et de formation alignée sur la stratégie scientifique

Le paysage de l’enseignement supérieur et la recherche a été profondément restructuré par les réformes successives et les programmes du PIA depuis plus de dix ans, avec la volonté de faire émerger des sites d’excellence ayant des tailles critiques et une forte visibilité internationale.

Des pôles de recherche à vocation internationale et spécialisés sur des thématiques intéressant directement le BRGM sont désormais en place et il est important, à la fois d’accompagner ces dynamiques locales et d’en bénéficier pour le développement de l’expertise de l’établissement, en recherchant les synergies dans le cadre posé par la stratégie territoriale (STRATER) du MESRI.

On recherchera également une synergie avec les écoles doctorales de ces sites, le programme doctoral et la politique HDR du BRGM.

Axe 6 : Dynamiser la gouvernance et le pilotage

La mise en oeuvre de la stratégie générale du BRGM pour les cinq prochaines années se déroulera dans un contexte d’opportunités (stratégie scientifique renouvelée, renforcement des partenariats avec des centres d’excellence, mise en place des plateformes et d’infrastructures numériques…), mais également dans un contexte budgétaire contraint.

Le BRGM doit être en mesure de faire évoluer ses capacités d’expertises et de recherche vers des défis nouveaux, il doit être en mesure de mieux anticiper, de mieux prioriser ses actions et d’améliorer ses performances. Il visera à compléter cette approche par un pilotage plus orienté sur les résultats et sur la satisfaction de ses tutelles et partenaires (État, communauté scientifique, entreprises) et des citoyens désireux d’une information publique fiable et transparente.

POUR ALLER PLUS LOIN

Lire le contrat d'objectifs et de performance Etat-BRGM 2018-2022

Une vision scientifique déclinée au travers d'une stratégie à 10 ans

La vision scientifique du BRGM sera déclinée au travers d’une stratégie scientifique à 10 ans qui s’inscrira dans le cadre constitué notamment par la stratégie nationale de recherche, l’accord de Paris sur le climat, les accords de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et l’agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable (ODD).

Cette stratégie scientifique vise à répondre à 6 enjeux sociétaux et économiques majeurs pour les géosciences :

  • Géologie et connaissance du sous-sol
  • Données, services et infrastructures numériques
  • Risques et aménagement du territoire
  • Gestion des eaux souterraines
  • Ressources minérales et économie circulaire
  • Transition énergétique et espace souterrain