Nappes d'eau souterraine au 1er octobre 2019

10.10.2019
Un nombre marqué de nappes phréatiques affiche des niveaux modérément bas à bas. Ces niveaux traduisent une recharge peu abondante.

Carte de France de la situation des nappes au 1er octobre 2019

Durant le mois de septembre, la vidange se poursuit et la majorité des niveaux baissent. Les pluies de septembre ont eu un effet uniquement sur les nappes réactives du littoral méditerranéen. La baisse des niveaux s’est fortement accélérée en fin d’été sur les secteurs ayant connu un déficit pluviométrique associé à une forte sollicitation. En septembre, les nappes inertielles ressentent encore l’effet du déficit pluviométrique estival associé à une forte sollicitation.

Un nombre marqué de réservoirs affiche des niveaux modérément bas à bas. Ces niveaux traduisent une recharge peu abondante, du fait des précipitations faibles et parfois tardives durant l’automne et l’hiver 2018-2019 et d’une forte sollicitation des eaux souterraines durant l’été. Les nappes d’Auvergne-Rhône-Alpes et du sud de Centre-Val-de-Loire présentent des niveaux nécessitant une surveillance renforcée.
 
Enfin, les niveaux sont généralement très inférieurs à ceux de l’année précédente à cette même époque. L’étiage 2019 s’annonce comparable à plus sévère que les basses eaux 2017.

POUR ALLER PLUS LOIN

Consulter la note d'information sur l'état des nappes d'eau souterraine

Télécharger la carte de France de la situation des nappes au 1er octobre 2019