Le BRGM reçoit le prix des Techniques innovantes pour l'environnement 2011

19.12.2011
Le BRGM a été primé lors du salon Pollutec Horizon, pour le développement d’un procédé innovant dédié au traitement de la fraction fine de sédiments pollués par des métaux et des hydrocarbures.

La seizième édition du prix des Techniques innovantes pour l’environnement de l’Ademe, organisée lors du salon Pollutec Horizon, a rassemblé de grands noms de la recherche publique française, dont le BRGM. Ces prix récompensent des travaux de recherche publique pouvant faire l’objet d’application ou de développement industriel à court ou à moyen terme.

Le BRGM s’est vu récompensé par le magazine Hydroplus, le 29 novembre. Un prix de l’innovation plus particulièrement décerné à Solène Touzé, Maurice Save et Mickael Beaulieu, du service Environnement et Procédés Industriels du BRGM, pour le projet PROPSED. Ce projet ANR, mené en partenariat avec la société Extract Eco-terre, vise à développer un procédé innovant dédié au traitement de la fraction fine de sédiments pollués par des métaux et des hydrocarbures.

Solène Touzé, Maurice Save et Mickael Beaulieu ont reçu le prix des Techniques innovantes pour l'environnement 2011, décerné au BRGM pour le projet PROPSED. © BRGM - P. Desbordes

Le traitement des sédiments de curage pollués représente un véritable enjeu environnemental. En France, plus de 50 millions de tonnes de sédiments sont curés chaque année dont une partie présente des teneurs en polluant nécessitant une prise en charge spécifique.

Le procédé développé dans le projet PROPSED a pu identifier des technologies de traitement concentrant les polluants dans une fraction légère de sable ultrafine (inférieure à 20 μm au lieu de 80 μm actuellement) et d’extraire en plus de la part grossière une fraction de sables fins (20-80 μm) débarrassés de polluants.

Les essais ont estimé un taux de valorisation entre 18 et 23% en masse de la fraction fine des sédiments dragués et une part non valorisable abaissée en moyenne de 20% par rapport aux procédés actuels. Ces technologies peuvent être intégrées directement sur les lignes de traitement physique industrielles existantes ce qui contribuerait fortement à leur application industrielle.

Un procédé qui apporte des réponses durables à l’augmentation des quantités de sédiments à gérer.