Polynésie française

Le BRGM dispose d’implantations dans toutes les régions de France métropolitaine et en Outre-mer, afin de répondre aux attentes de ses partenaires régionaux et de les accompagner face aux enjeux territoriaux. Présentation des activités de son antenne en Polynésie.

Carte

La présence du BRGM en Polynésie est de nature contractuelle. L’antenne du BRGM y est implantée sur la commune de Pirae, à Tahiti. Elle est composée d’une directrice et d’un ingénieur hydrogéologue junior. Elle a rouvert en juillet 2016 à la faveur de la signature d’une convention avec le Ministère de la Culture et de l’Environnement polynésien (MCE), pour la mise en œuvre d’un programme de connaissance et de valorisation des eaux souterraines.

Au cœur de l'Océan Pacifique

La Polynésie française, collectivité d’Outre-Mer (COM), est constituée de 118 îles (dont 76 habitées) regroupées en cinq archipels et dispersées sur un territoire maritime de près 5 millions de km2 (l’équivalent de l’Europe). La plus importante est Tahiti, avec Papeete comme chef-lieu et centre économique.

L’origine des cinq archipels est attribuée au fonctionnement de points chauds et au déplacement de la plaque Pacifique vers le nord-ouest avant de plonger sous la plaque eurasienne. Les îles les plus récentes se présentent sous la forme d’îles volcaniques hautes (îles jeunes aux reliefs bien marqués) ou mixtes (îles en cours de démantèlement) avec un âge qui croit en fonction de la distance au point chaud (de 1,4 Ma pour Tahiti à 4,2 Ma pour Maupiti). Les atolls correspondent, quant à eux, à un stade avancé d’évolution des îles volcaniques. Au fil du développement corallien et de la subsidence du massif volcanique, il ne reste plus que des couronnes coralliennes qui constituent la limite entre l’océan et le lagon.

Les îles, dont la superficie totale ne représente que 3 531 km2  abritent près de 276 000 habitants. Les îles du Vent et Tahiti regroupent respectivement 75% et 69 % de la population totale. D’un point de vue économique, le produit intérieur brut (PIB) du Pays a atteint 552 milliards XPF (francs Pacifique) en 2015, ce qui représente un PIB réel de 2,1 millions XPF/habitant (17 600 €). Le secteur tertiaire et des services est le plus important, générant de l'ordre de 90 % du montant des richesses. La contribution du secteur industriel ne représente que 8% de l’économie polynésienne et celle du secteur primaire 3%.

Eaux souterraines : mieux connaître la ressource pour en garantir la gestion durable

Source située à Vairao, Tahiti. © BRGM

Source située à Vairao, Tahiti. © BRGM

Les enjeux

Les eaux souterraines sont largement sollicitées en Polynésie française (notamment pour l’AEP) mais elles restent assez mal connues tant du point de vue de leur quantité que de leur qualité ou des prélèvements dont elles font l’objet. La révision des procédures administratives d’autorisation de captage, le référencement des ouvrages et le partage des informations qui leur sont associées constituent des enjeux majeurs pour en améliorer leur gestion.

L'implication et les réponses du BRGM

Le programme d’actions pour la gestion et l’exploitation des eaux souterraines de la Polynésie française entrepris en 2016 vise à doter la Polynésie française d’outils performants pour faire face aux défis actuels (augmentation des besoins en lien avec le développement démographique et touristique, distribution d’une eau de qualité au plus grand nombre, sécurisation de l’approvisionnement en période de sécheresse, risques de pollution et d’intrusion du biseau salé…) et futurs (possible évolution des conditions d’accès aux ressources en raison du changement climatique).

Il comporte quatre axes respectivement dédiés à des synthèses de connaissances, à l’élaboration d'outils de gestion et de diffusion des données, à des missions d’assistance technique et règlementaire et à des études hydrogéologiques détaillées à caractère démonstratif qui concernent une île haute, une île mixte, un atoll et deux bassins versants.

Risques naturels : assurer la sécurité des populations

Glissement de terrain qui s'est produit le 22 janvier 2017 au niveau du col du Taharaa, Tahiti. © Radio 1

Glissement de terrain qui s'est produit le 22 janvier 2017 au niveau du col du Taharaa, Tahiti. © Radio 1

Les enjeux

Du fait de leur morphologie et des conditions climatiques auxquelles elles sont soumises, les îles de la Polynésie française sont fortement exposées aux phénomènes d’inondation, de mouvements de terrain et de submersion marine. Dans ces conditions, la réalisation de cartes d’aléas et le respect des consignes associées revêt un réel enjeu pour la protection et la sécurité des habitants.

L'implication et les réponses du BRGM

Entre 2002 et 2006, le programme ARAI 1 a permis de réaliser un bilan général des connaissances sur les aléas et les risques naturels en Polynésie française et d’élaborer un Plan de Prévention des Risques (PPR) pour la quasi totalité des 48 communes du territoire. Les projets ARAI 2 et 3 (2008-2010 puis 2010-2012) ont ensuite permis d’affiner les zonages et d’approfondir certains aspects. La nécessité d’affiner encore les zonages, en particulier pour l’aléa mouvements de terrain, est toujours d’actualité. La cartographie de la résistivité des roches au moyen d’un lever géophysique aéroporté pourrait faciliter ces travaux.

Ressources minérales : inventaire des potentiels et encadrement de l'exploitation

Atoll surélevé de Makatea, Polynésie française. © BRGM

Atoll surélevé de Makatea, Polynésie française. © BRGM

Les enjeux

Dans le cadre du développement économique de la Polynésie française, la connaissance de la répartition des ressources minérales revêt un véritable enjeu. Les procédures actuelles de révision du Code Minier polynésien visent par ailleurs à encadrer toute exploitation qui pourraient en découler.

L'implication et les réponses du BRGM

Le BRGM a d’une part, contribué à l’expertise collégiale relative aux ressources minérales profondes menée en 2016 et d’autre part, réalisé un inventaire des ressources minérales terrestres en 2014.

Ces différents travaux ont permis d’identifier les ressources exploitables à moyen terme et de proposer des actions visant à mieux les connaître les autres (ex : terres rares de Taha’a).

Des partenariats étroits

Le BRGM a l’expérience de partenariats pour des projets d’appui aux politiques publiques à toutes les échelles décisionnaires et d’aménagement du territoire. A ce titre, il a noué différents partenariats avec la Polynésie française à travers notamment un accord-cadre qui s’est achevé en 2017. Actuellement le BRGM est notamment partenaire du Ministère de la Culture, de l’Environnement et de l’Artisanat (MCE) et de la Direction de l'Environnement (DIREN Polynésie).

Informations pratiques

Antenne de Polynésie française

BRGM
Antenne de Polynésie française
Immeuble Le Bihan, Local L1 (1er étage)
BP 141 227
98701 Arue, Tahiti, Polynésie française

Directrice de l'antenne
Pauline Corbier
p.corbier@brgm.fr

Voir le plan d'accès