Projet COMETE : lavande et qualité de l’eau - caractérisation spatio-temporelle des impacts sur les eaux des pollutions agricoles

11.08.2016
Le projet COMETE vise à mieux comprendre les mécanismes de transfert des pesticides dans les eaux souterraines de la masse d’eau des poudingues de Valensole (Alpes de Haute-Provence).

Pour cela, plusieurs approches ont été développées à l’échelle du plateau de Valensole, portant à la fois sur des suivis hydrodynamiques des captages (suivis en continu de la conductivité, température et piézométrie/débit) et des suivis de la chimie des eaux (pesticides et éléments majeurs). Des campagnes de datation ont également été menées afin d’approcher l’âge des eaux captées.

Des enquêtes auprès des agriculteurs du plateau ont été menées par le partenaire, la Société du Canal de Provence (SCP), afin de retracer l’historique de l’occupation des sols sur les impluviums des captages. Une carte de la vulnérabilité des eaux souterraines à la pollution a été élaborée à l’échelle du plateau.

Les suivis hydrodynamiques ont permis de proposer un schéma conceptuel du réservoir et de délimiter les contours des impluviums des captages. Les suivis chimiques ont montré que plusieurs molécules actives retirées du marché depuis plusieurs années sont toujours présentes dans les eaux souterraines (BAM, Bromacil, dééthylatrazine). Les molécules de substitution du BAM utilisées dans la culture du lavandin ont été également quantifiées.

Des propositions d’actions ont été établies à l’issue du projet afin de limiter les pollutions diffuses aux pesticides.

Champ de lavande et blé (Plateau de Valensole, Alpes de Haute-Provence) © SCP

et source souterraine dans poudingues de Valensole (Alpes de Haute-Provence) © BRGM

Champ de lavande et blé (Plateau de Valensole, Alpes de Haute-Provence). © SCP
et source souterraine dans poudingues de Valensole (Alpes de Haute-Provence). © BRGM

Contexte

Depuis une dizaine d’année, près d’un tiers des captages captant la ressource en eau souterraine de la masse d’eau des poudingues de Valensole ont été fermés pour cause de pollution aux pesticides. Le pesticide en cause est le 2,6-Dichlorobenzamide (ou BAM), produit de dégradation de deux substances actives (Dichlobénil et Chlortiamide) utilisées comme herbicide dans la culture du lavandin. Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) 2010-2015, puis 2016-2021, a classé 8 captages d’alimentation en eau potable (AEP) en captages prioritaires. La volonté forte de reconquérir la qualité de la masse d’eau a fait naître le projet COMETE (COmpréhension des MEcanismes de TransfErt des pesticides dans les eaux souterraines).

Objectif

Le projet vise à mieux comprendre les transferts des pesticides dans les eaux souterraines grâce à plusieurs approches : hydrogéologie et pratiques culturales et pressions associées. Un partenariat technique et financier entre le BRGM, la Société du Canal de Provence (SCP) et l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a permis de mener à bien ce projet.

Programme des travaux

Le travail a été mené à la fois par le BRGM (hydrogéologie) et la SCP (pressions agricoles) :

  • Problématique hydrogéologique (BRGM) : instrumentation de 9 captages et de points d’eau pour suivre les paramètres hydrodynamiques (conductivité, température et piézométrie/débit) en continu. Prélèvements mensuels/trimestriels sur 7 points d’eau pour analyser la chimie (analyses sur majeurs et pesticides). Campagne spatiale d’analyse sur 70 points d’eau souterraine et de surface. Réalisation de 2 campagnes de datation aux CFC/SF6 sur 10 points d’eau.
  • Problématique pression agricoles et vulnérabilité (SCP) : enquêtes auprès des agriculteurs pour dresser un historique de l’occupation des sols sur les impluviums des captages (plateau nord) et identifier les produits phytosanitaires et substances actives utilisés actuellement, test de perméabilité sur sites choisis.

Résultats obtenus

Les suivis hydrodynamiques ont permis de proposer un modèle conceptuel de fonctionnement de l’aquifère. Les points d’eau ont été classés en typologie selon le contexte d’émergence : source de haut de versant, bas de versant, mixte, forage profond, puits dans nappe alluviale. Les impluviums des captages ont été tracés.

Sur les 50 molécules suivies, seule une petite dizaine est ressortie des suivis réguliers ou lors de la campagne spatiale. Les molécules actives issues de produits phytosanitaires qui ne sont plus commercialisés depuis plusieurs années ont été quantifiées dépassant même les seuils de potabilité par moment (pic de concentration pour le BAM à 1 µg/L). Ces résultats posent la question du stock de molécule mère disponible et mobilisable dans le sol encore présent. Les molécules actives utilisées en substitution du dichlobénil ou chlortiamide ont également été quantifiées à plusieurs reprises, sans qu’un dépassement des seuils de potabilité ne soit constaté. Cependant, le comportement de ces molécules est mal connu et mériterait des investigations complémentaires.

La campagne spatiale a été menée dans un contexte de basses eaux et les concentrations mesurées pour le BAM, même si elles restent élevées et supérieures au seuil de potabilité par endroit, peuvent correspondre à un niveau bas par rapport à des concentrations qui pourraient être mesurées dans un contexte de hautes eaux, favorisant la mobilisation du BAM.

Les enquêtes auprès des agriculteurs ont permis de renseigner précisément l’historique de l’occupation des sols à l’échelle de la parcelle sur les 3 captages du plateau nord (Entrevennes). Les enquêtes sur le plateau sud (Valensole), n’ont pas été menées aussi finement au sud, les impluviums n’étant pas encore délimités précisément. Le croisement des pressions agricoles avec la perméabilité a permis de dresser une carte de la vulnérabilité des eaux souterraines à la pollution aux pesticides.

L’étude a fait l’objet de comités techniques suivis par les principaux acteurs de l’eau sur le plateau : gestionnaire de l’eau (DLVA), Chambre d’Agriculture, Parc Naturel Régional du Verdon, ARS, DDT04, DREAL. A l’issue du projet, des propositions d’actions à mener afin de limiter les pollutions des eaux souterraines par les pesticides ont été dessinées.

Partenaires

Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse
Société du Canal de Provence

RAPPORT PUBLIC

  • BRGM/RP-65591-FR - Projet COMETE : Compréhension des Mécanismes de TransfErt des produits phytosanitaires au sein de la masse d’eau des conglomérats du plateau de Valensole. Rapport final - Télécharger le rapport