Observatoire du littoral des Pays de Monts (Vendée)

11.08.2016
Initié en 2009 par la Communauté de communes Océan-Marais de Monts, l’Observatoire du Littoral du Pays de Monts vise, par son caractère pérenne, à constituer un véritable outil d’aide à la gestion prévisionnelle du littoral dunaire et du trait de côte. Il couvre un linéaire côtier sableux de 19 km allant de La-Barre-de-Monts (Fromentine) à Saint-Jean-de-Monts (plage des Demoiselles) en Vendée.

Associé au partenariat scientifique et technique aux côtés de l’Institut de Géographie et d’Aménagement (IGARUN) de l’université de Nantes et de l’ONF, le BRGM apporte ses compétences en géologie, hydrogéologie, sédimentologie, géomorphologie, bases de données, morphodynamique, analyse des aléas/risques naturels et cartographie.

Érosion du massif dunaire  © OLPM

Érosion du massif dunaire. © OLPM

Contexte

Face à un constat de recul d’une partie de son trait de côte et au manque de données existantes sur sa frange littorale, la Communauté de Communes Océan-Marais de Monts (Vendée) a décidé en 2009 de créer l’observatoire du littoral du Pays de Monts.

Il couvre un linéaire côtier sableux de 19 km allant de Fromentine (La-Barre-de-Monts) à la plage des Demoiselles (Saint-Jean-de-Monts). Les enjeux sur cette portion de littoral sont multiples et antagonistes, avec des activités économiques à maintenir et un milieu naturel et sa biodiversité à protéger (dunes intégrées au réseau Natura 2000).

Objectifs

Par son caractère pérenne, l’Observatoire a pour objectif de constituer un véritable outil d’aide à la gestion prévisionnelle du littoral. Les actions mises en place visent à répondre à des objectifs généraux tels que : élaborer un outil (SIG) permettant une meilleure connaissance des phénomènes et des interactions sur le littoral ainsi qu’une aide à la gestion prévisionnelle de la côte ; établir un point régulier de la qualité écologique (faune et flore) des milieux côtiers et suivre le littoral en établissant des préconisations en matière d’aménagement et d’entretien.

Programme des travaux

Parmi ses actions au sein de l’Observatoire, le BRGM a en particulier contribué aux acquisitions de terrain et à l’interprétation des données afin de caractériser le rôle du massif dunaire face aux potentialités de tempêtes et submersions.

Résultats obtenus

La carte "Topographie du massif dunaire des Pays de Monts" montre la topographie de la zone d’intérêt à travers un enregistrement aéroporté LIDAR (Litto 3D). Les espaces sous la cote 2,42 m NGF (pleines mers de vives eaux moyennes), non coloriés, reflètent à la fois une quasi-absence de sables éoliens (dépressions dunaires) et une affinité forte au système marin (marais et chenaux). A l’inverse, les secteurs coloriés définissent un domaine terrestre plus franc et qui repose majoritairement sur les édifices sableux éoliens. Sur cet ensemble, les espaces entre les cotes 2,42, 4,20 et 4,80 m NGF sont coloriés respectivement en orange et en vert clair. Enfin, les  zones en vert foncé présentent une altitude supérieure à la cote 4,80 m NGF.

Topographie du massif dunaire des Pays de Monts

Topographie du massif dunaire des Pays de Monts.

L’ensemble du linéaire des Pays de Monts présente un cordon de forte amplitude en largeur et en hauteur. Dans l’ensemble, ce cordon apparaît résistant face aux submersions. Dans le détail, les quelques secteurs où la puissance du cordon s’affaiblit quelque peu sont signalés sur la carte "Topographie du massif dunaire des Pays de Monts" avec des flèches roses (hypothèses de brèche proposées en 2014 par le bureau d’études chargé de l’élaboration du PPRL, dans des scénarios à très faible probabilité d’occurrence) et avec des flèches brunes plus grosses, signalant les forts points de faiblesse du premier cordon dunaire : deux de ces trois flèches signalent la sensibilité à l’aléa le plus important pour le territoire de l’intercommunalité : l’hippodrome sur le territoire intercommunal et la Pège, hors du territoire intercommunal mais où une brèche pourrait impacter des secteurs rétro-littoraux.

Massif dunaire au niveau de l’hippodrome (à gauche) et de La Pège (à droite) © OLPM

Massif dunaire au niveau de l’hippodrome (à gauche) et de La Pège (à droite). © OLPM

Au niveau de l’hippodrome, le profil topographique montre un cordon de première ligne faible (hauteur faible et épaisseur faible). Une brèche pourrait ennoyer la dépression intra-dunaire immédiatement à l’arrière. Ceci serait sans conséquence plus importante car, au-delà, le cordon de seconde ligne est largement au-dessus de la cote 4,20 m et même de la cote 4,80 m.

Au niveau de la Pège en revanche, le cordon de première ligne est très haut et plus épais mais la zone rétro-littorale est très basse par rapport à la cote 4,20 m avec de forts enjeux humains et non-humains. Une rupture à cet endroit pourrait avoir des conséquences plus problématiques.

Afin de mieux cerner les propriétés mécaniques du cordon dunaire, la structure géologique de ce dernier a également été reconstituée, avec une précision dépendant des informations disponibles. A titre d’exemple, la coupe géologique simplifiée au niveau de l’hippodrome montre le contact entre la dune (constituée de sables éoliens peu compacts) et les alluvions marines sous-jacentes, plus compactes.
Coupe géologique simplifiée au niveau de l’hippodrome et propriétés, au droit de la dune, des matériaux correspondants  © BRGM

Coupe géologique simplifiée au niveau de l’hippodrome et propriétés, au droit de la dune, des matériaux correspondants. © BRGM

Partenaires

Communauté de Communes Océan-Marais de Monts (85)
IGARUN
ONF