MAUPASACQ : Etude géophysique dans le bassin de Mauléon

12.12.2016
Le projet MAUPASACQ vise à comprendre la naissance et l’évolution des chaînes de montagnes et de leurs avant-pays en prenant comme exemple les Pyrénées. 450 capteurs, installés dans la région de Mauléon-Licharre, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, écouteront les bruits de la Terre en continu durant 6 mois.

Comment, du fait de la tectonique des plaques, les continents se séparent puis se rapprochent ensuite pour entrer en collision et former des montagnes ? Pour mieux comprendre ces phénomènes, le BRGM pilote le projet MAUPASACQ, une étude géophysique dans le bassin de Mauléon.

Cette étude permettra aussi d’enregistrer l’activité sismique de la région, d’en mesurer la fréquence et la profondeur et d’en comprendre les causes.

Ecouter les bruits de la Terre pour comprendre la formation des chaînes de montagnes

Les séismes génèrent des ondes qui se propagent à travers le globe terrestre. De même que la lumière nous permet de voir notre environnement, les ondes sismiques nous restituent une image de la terre profonde selon le même principe qu’une échographie médicale. Ces ondes, après avoir traversé les différentes couches terrestres, sont enregistrées par des capteurs implantés sur la surface du sol pendant une durée de plusieurs mois.

La technique utilisée, dite de sismique passive, consiste à installer à même le sol des capteurs sismologiques qui enregistreront pendant 6 mois l’ensemble des vibrations et séismes naturels qui se produisent à l’échelle du globe terrestre.

450 capteurs vont être installés pour enregistrer les vibrations et les séismes naturels du sol. Ces capteurs ne produisent aucune nuisance sonore ni environnementale.

Capteur en cours d'enfouissement.

Capteur en cours d'enfouissement. © BRGM

Capteur enfoui.

Capteur enfoui. © BRGM

Une zone de 1500 km2 couverte

L’étude envisagée se situe dans la région de Mauléon, dans une zone de 50 km de long sur 30 km de large centrée sur Mauléon-Licharre, implantée sur plus de 140 communes.

Situation géographique de la zone d’étude avec le positionnement prévisionnel des capteurs sismologiques dans le piémont pyrénéen (région de Mauléon-Licharre).

Situation géographique de la zone d’étude avec le positionnement prévisionnel des capteurs sismologiques sur la chaine pyrénéenne (région de Mauléon).

Capteur enfoui.

Situation géographique de la zone d’étude avec le positionnement prévisionnel des capteurs sismologiques dans le piémont pyrénéen (région de Mauléon-Licharre).

L’écoute des bruits de la Terre se fera en continu durant 6 mois. La mise en place des capteurs est prévue pour le mois de mars 2017 et leur retrait sera effectué en octobre 2017. Les chercheurs visiteront les sites une fois par mois.

PARTENAIRES

Le projet MAUPASACQ est piloté par le BRGM en collaboration avec le CNRS, l’Observatoire Midi-Pyrénées et des universitaires grenoblois, espagnols et grecs. Les démarches foncières sont réalisées par la société ATHEMIS pour le compte du BRGM.

CONTACT

Chef de projet : Thierry Baudin (BRGM)
E.mail : t.baudin@brgm.fr
Tél. : 02 38 64 47 18

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger le dépliant sur le projet MAUPASACQ

Pourquoi avoir choisi le site de Mauléon ?

Tranche du sous-sol sur une ligne partant de Mont de Marsan, passant par Orthez jusqu’à Pampelune, depuis la surface jusqu’à 100 km de profondeur.

L’image ci-dessus montre une tranche du sous-sol sur une ligne partant de Mont de Marsan, passant par Orthez jusqu’à Pampelune, depuis la surface jusqu’à 100 km de profondeur. Les couleurs orangées et vertes représentent la croûte continentale et le bleu foncé montre le manteau (couche intermédiaire entre le noyau et la surface de la Terre).

Sous la région de Mauléon on peut voir que la croûte est très mince et que le manteau remonte vers la surface. Il s’agit là d’une zone où la croûte continentale s’est très fortement étirée du fait de la tectonique des plaques (mouvements ou dérives des continents), il y a 100 millions d’années. A l’époque, la plaque ibérique (hispanique) s’est désolidarisée de la plaque Europe laissant entre les deux une mer profonde que les géologues appellent le bassin de Mauléon-Arzacq. Puis, entre 80 et 40 millions d’années la plaque ibérique s’est de nouveau rapprochée de l’Europe créant la chaîne pyrénéenne avec la formation des failles dans la croûte continentale.

Le but du projet Maupasacq est d’obtenir une image à plus haute définition du bassin de Mauléon, ce qui permettra aux géologues et aux géophysiciens de mieux comprendre la naissance d’une plaque tectonique.