Géophysique héliportée : évaluation du potentiel en roche massive de la Réunion

25.10.2018
La Réunion fait face à une problématique d'approvisionnement en roche massive, indispensable pour les grands chantiers du BTP. Pour répondre à cet enjeu, le BRGM a réalisé une étude pilote basée sur les données recueillies en 2014 par la campagne de géophysique héliportée ReunEM.

Contexte

L'île de La Réunion fait face à une problématique d'approvisionnement en roche massive, indispensable pour les grands chantiers du BTP. En effet, le Schéma Régional des Carrières actuel est limitant avec des espaces-carrières restreints et au potentiel parfois incertain. Pour répondre à l'enjeu d'amélioration de la connaissance du potentiel en roche massive du territoire réunionnais, le BRGM, missionné par la DEAL de La Réunion, a réalisé une étude pilote qui tire parti des récentes données géophysiques aéroportées du levé ReunEM (2014), approche inédite à cette échelle. Ce projet vient en amont de la révision du Schéma Régional des Carrières. 

Acquisition des données de géophysique aéroportée en 2014 (Projet ReunEM) (c) BRGM

Acquisition des données de géophysique aéroportée en 2014 (Projet ReunEM). © BRGM

Objectifs

Ce projet a eu pour objectif d'utiliser le modèle de résistivité issu du levé de géophysique aéroportée afin de mettre en évidence des secteurs favorables à la présence de roche massive (épaisseur importante et roche saine) en y associant une profondeur et une épaisseur minimales probables.

Programme des travaux

La confrontation du modèle de résistivité issu du levé ReunEM aux informations géologiques disponibles, notamment plus de 2 000 sondages documentés dans la Banque de données du sous-sol (BSS) a permis de définir des gammes de résistivité pouvant correspondre à du basalte massif sain. Le résultat a ensuite été évalué par une reconnaissance de terrain menée sur deux zones de 20 km2 environ et par comparaison à des données de prospection en matériaux reçues de carriers sollicités dans le cadre de cette étude.

Sondages EM illustrant la présence d'un corps résistant (marron) proche de la surface susceptible de correspondre à une zone favorable à la présence de roche massive. ©BRGM

Sondages EM illustrant la présence d'un corps résistant (marron) proche de la surface susceptible de correspondre à une zone favorable à la présence de roche massive. © BRGM

Validation de terrain ©BRGM - N. Charles

Validation de terrain. © BRGM - Nicolas Charles

Résultats obtenus

Ainsi, les favorabilités obtenues sont plutôt cohérentes, même si la comparaison entre les résultats de la campagne de terrain et le modèle de résistivité souffre du changement d’échelle et du manque d’affleurements de roches massives possibles. Au total, la méthode électromagnétique aéroportée semble bien pertinente pour l’imagerie de la roche saine.

Les sondages électromagnétiques ont été représentés sous forme de grilles de favorabilité, de profondeur minimale des couches favorables et d’épaisseur  cumulée des niveaux favorables à l’échelle du territoire afin de traduire la favorabilité de l’environnement géologique. Celles-ci permettent alors d’identifier, à l’échelle de l’île, par simple croisement, les secteurs favorables à la présence de roche massive selon les exigences en termes d’épaisseurs de découverte et du gisement recherché.

In fine, cette étude est valorisable dans le cadre de projets de prospection de roche massive et constitue un premier pas vers une carte des ressources du Schéma Régional des Carrières devant être adopté avant le 1er janvier 2025, conformément à l’instruction gouvernementale du 4 août 2017.

Des perspectives d’amélioration des gammes de résistivité à l’échelle locale voire régionale passeraient par un retraitement du jeu de données Reun_EM en s’appuyant sur de nouvelles données de calage robustes et à visée matériaux récupérées auprès des carriers.

Partenaires

DEAL Réunion