Ouverture du BRGM à la société en région Rhône-Alpes (2015)

02 Juillet 2015 - Lyon (BRGM)
Le BRGM contribue au dialogue science-société. A cette fin, il organise des réunions d'échanges en régions. En Rhône-Alpes, une réunion a eu lieu le 2 juillet 2015 à Lyon.

En tant qu'établissement public de recherche et d'expertise, le BRGM contribue au dialogue science-société dans ses différents domaines d’activités.

Des réunions de dialogue en régions avec les représentants des organisations non gouvernementales environnementales

Les représentants du BRGM en régions organisent des réunions de dialogue avec les représentants du monde associatif sur des problématiques régionales liées à l'environnement dans les domaines d’expertise du BRGM qui ont déjà fait l’objet de publications.

Ces réunions permettent d'établir un dialogue ouvert et constructif. Elles favorisent la mise en commun des savoirs, des "non-savoirs" et l’expression des attentes et des questionnements de chacune des parties, dans le respect d’une déontologie qui garantit la transparence et la confiance dans les échanges tout en préservant l’indépendance de jugement des uns et des autres.

POUR ALLER PLUS LOIN

En savoir plus sur l'ouverture à la société du BRGM en régions

Résumé de la réunion du 2 juillet 2015 à Lyon

Sujet abordé

Coopération BRGM-associations FRAPNA et AFPG, sur un projet de cartographie de géothermie de minime importance en Rhône-Alpes.

Date et lieu

Jeudi 2 juillet 2015 à la Direction régionale Rhône-Alpes du BRGM à Lyon.

Programme

  • Comité de pilotage du projet.

Participants

2 participants issus des organismes suivants :

  • Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) ;
  • Association Française des Professionnels de la Géothermie (AFPG).

Présentation

Télécharger la présentation "Cartographie des risques liés à la géothermie de minime importance à l’échelle régionale en Rhône-Alpes"

Attentes et questionnements des participants, discussions

  • Besoin de communication avec notamment une demande d’un guide simplifié d’utilisation de la cartographie (les rapports sont trop complexes) ;
  • Questions sur la présence des grands accidents alpins ;
  • Mettre les zones de parcs naturels sur la cartographie ;
  • L’impact négatif du permis d’exploration/d’exploitation détenu par un industriel sur la géothermie haute température en Haute-Savoie, vient compromettre l’appréhension de la géothermie de minime importance pour de nombreux représentants de la FRAPNA.