Stockage de l’énergie : le BRGM coordonne le projet FluidSTORY

01.07.2016
Le projet FluidSTORY, cofinancé par l’ANR, étudie la faisabilité d’une solution d’avenir pour le stockage souterrain d’énergie. Le BRGM coordonne ce projet, initié en 2016 pour une durée de 4 ans.

La plupart des énergies renouvelables (éolien, solaire) étant intermittentes, il est nécessaire, pour accompagner leur développement, de trouver des solutions pour stocker l’énergie produite et pour la restituer quand on en a besoin.

Le BRGM coordonne le projet FluidSTORY, cofinancé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et initié en 2016, qui étudie la faisabilité à l’horizon 2030-2050 en France d’une solution d’avenir pour le stockage souterrain d’énergie. Doté de 2,1 millions d’euros et d’une durée de 4 ans, ce projet associe 3 partenaires publics et 4 partenaires privés.

Une solution innovante pour stocker l’énergie

Le principe de la technique EMO (Electrolyse-Méthanation-Oxycombustion) est de transformer un surplus d’électricité en méthane et de le restituer ultérieurement sous forme d’énergie électrique.

L’opération se déroule en deux temps : production d’hydrogène et d’oxygène par électrolyse de l’eau, puis de méthane par réaction de l’hydrogène avec du CO2. Le méthane alimente ensuite une turbine pour produire à nouveau de l’électricité. Ce procédé implique le stockage temporaire, massif et réversible d’une grande quantité de fluides (oxygène, CO2 et méthane).

Stocker les fluides en cavité saline

Le projet FluidSTORY étudie plus particulièrement le couplage de cette technique avec le stockage souterrain en cavité saline. Il est envisagé de stocker les fluides en cavités creusées dans les couches profondes de sel, du même type que celles utilisées aujourd’hui pour le stockage d’hydrocarbures (réserves stratégiques, stockage saisonnier).

L’objectif principal du projet FluidSTORY est d’étudier la faisabilité, la sécurité et l’intégrité du stockage de l’oxygène et du CO2 nécessaires au concept EMO dans de telles cavités, ainsi que les conditions qui doivent être satisfaites à moyen-long terme (2030-2050), en France, pour atteindre la rentabilité énergétique et économique de cette solution de stockage.

Le sous-sol : un réservoir potentiel pour le stockage d'énergie

Le stockage massif de l’énergie est une des composantes de la transition énergétique, notamment en permettant l’intégration des énergies renouvelables issues de sources intermittentes. Par définition, il nécessite la disponibilité de grands volumes, que le sous-sol peut offrir en fonction de la géologie du site.

Concernant le stockage d’électricité, le BRGM s’intéresse notamment à trois nouvelles technologies: le Power-to-Gas (conversion d’électricité en gaz) utilisant le stockage souterrain d’hydrogène, le CAES (stockage d’énergie sous forme d’air comprimé) dans les cavités salines ou cristallines, et les STEP souterraines (Station de transfert d’énergie par pompage) utilisant les mines abandonnées.

Le BRGM mène également des recherches sur le stockage de la chaleur issue de sources d’énergies renouvelables ou de rejets industriels, en aquifère souterrain ou par champs de sondes géothermiques.

POUR ALLER PLUS LOIN

Lire le communiqué de presse