Systèmes d’information : diffuser la connaissance géoscientifique

Le BRGM assure la diffusion de données géologiques et environnementales via les technologies numériques. Des informations à forte valeur ajoutée, outils précieux d’aide à la décision.

Les géosciences s’appuient désormais de plus en plus sur les technologies de l’information et de la communication.

Le BRGM intègre les nouvelles technologies pour valoriser ses disciplines thématiques, pour doter les scientifiques d’outils de traitement performants et offrir aux citoyens un accès aux informations toujours plus simple, rapide et pointu.

Il s’agit d’un enjeu primordial pour le BRGM dont l’investissement, très marqué dans ce domaine, s’articule autour des axes suivants :

  • acquérir, diffuser la connaissance géoscientifique et y associer des services en exploitant au mieux les technologies du web,
  • bâtir des systèmes d’information interopérables s’appuyant sur des architectures distribuées,
  • maîtriser les chaînes de calcul-modélisation-visualisation (3D, réalité virtuelle, réalité augmentée,…) et les mettre au service d’une meilleure connaissance et compréhension des phénomènes géoscientifiques,
  • mettre à disposition des infrastructures informatiques sécurisées, hautement disponibles et évolutives en utilisant les nouvelles technologies (réseaux hauts débits, virtualisation, cloud,…).

L’implication du BRGM dans la définition et la mise en œuvre des standards de traitement et de diffusion de l’information géo-environnementale lui confère une expertise régulièrement sollicitée dans les projets et partenariats de recherche en France comme en Europe.

Diffuser des données géologiques et environnementales via les technologies numériques

Le BRGM assure la diffusion de données géologiques et environnementales via les technologies numériques. Des informations à forte valeur ajoutée, outils précieux d’aide à la décision.

Sur son portail InfoTerre, le BRGM offre un accès libre et gratuit à ses rapports et cartes géologiques, aux données de ses banques d’information (Banques du Sous-sol, Sites industriels, Risques naturels, etc.) et à de nombreuses autres couches d’information géoscientifique.

Pour faciliter l’accès à ses données depuis n’importe quel point du territoire, le BRGM propose également trois applications mobiles  : i-InfoTerre  (version nomade du portail web InfoTerre), InfoNappe (sur les eaux souterraines) et InfoGéol (sur la géologie de la France).

A la demande des pouvoirs publics, le BRGM pilote et gère également plusieurs dizaines de sites et banques de données accessibles sur internet, dans les domaines de la géologie, des risques naturels, de l’environnement (Portail Tout sur l’Environnement), de l’eau (ADES), etc.

Construire des systèmes d’information interopérables

Le BRGM maîtrise toute la chaîne de l’information et met en place une infrastructure interopérable avec l’ensemble des systèmes partenaires afin de garantir aux acteurs, fournisseurs ou consommateurs d’informations géoscientifiques et environnementales, un accès optimal à l’information.

Sa forte implication dans la construction des standards (au sein de l’OGC ou de l’IUGS-CGI) et le respect de Directives, européennes notamment (INSPIRE) sur les systèmes interopérables et les services et données géospatiaux constituent des atouts majeurs.

L’établissement s’est forgé une expertise, a consolidé son positionnement, et joue un rôle essentiel dans les initiatives internationales (GEOSS, OneGeology) sur l’intéropérabilité des systèmes d’information.

Mettre les nouvelles technologies au service de la connaissance géoscientifique

Le BRGM intègre les nouvelles technologies pour valoriser ses disciplines thématiques, pour doter les scientifiques d’outils de traitement performants et offrir aux citoyens un accès aux informations toujours plus simple, rapide et pointu.

De nouvelles attentes sont apparues avec l’avènement de l’Internet et ses nouveaux usages : simplifier l’échange entre les utilisateurs, garantir l’indépendance des outils scientifiques, accéder plus rapidement et plus précisément à des données toujours plus volumineuses et connectées (Open Data), favoriser la participation du citoyen (crowdsourcing) à un système d’information global, autant de problématiques qui ont incité le BRGM à développer ses compétences dans ces nouveaux domaines.

Pour simuler des processus complexes et traiter des volumes croissants de données, le BRGM travaille à adapter ses applications aux architectures de calcul haute performance et à développer des outils de  visualisation 3D adaptés aux différents types de données manipulées.