Risques naturels géologiques

Le BRGM mène des actions de recherche et d’expertise sur les risques naturels géologiques : séismes, mouvements de terrain, effondrement des cavités, éruptions volcaniques, retrait-gonflement des argiles, etc.

Prévenir et gérer les risques géologiques dans un contexte de changement global constitue pour le BRGM une préoccupation majeure.

L’établissement mène en particulier les actions suivantes :

  • Evaluation des aléas et de la vulnérabilité, associée à une démarche de cartographie et de gestion des risques ;
  • Expertises et appui auprès de l'Etat et des collectivités territoriales ;
  • Mise en œuvre et gestion de bases de données sur les principaux risques ;
  • Mise en place de moyens d'acquisition de données, de systèmes de surveillance, et d'information à destination de l’Etat et des opérateurs publics.

Risques sismiques et volcaniques

Le BRGM travaille à la compréhension, l'évaluation et la gestion des risques sismique et volcanique. En particulier, ses équipes réalisent :

  • Des évaluations de l’aléa sismique en France métropolitaine , en Outre-mer ou à l’international ;
  • des modélisations de la source sismique, de la propagation des ondes et de la réponse des sols ;
  • des simulations du comportement des ouvrages bâtis en cas de séisme ;
  • l’implantation de réseaux d’accéléromètres pour la surveillance sismique;
  • des expertises et tierces expertises pour aider à la gestion des contraintes d’aménagement des territoires, et à l’implantation d’ouvrages sensibles et d’installations classées.
  • des microzonages sismiques, des cartographies de risque incluant les dommages matériels, humains et économiques, en France et à l’international ;
  • des recherches sur la vulnérabilité des systèmes aux séismes et aux éruptions ;
  • des exercices de crise sismique en appui aux pouvoirs publics et des développements d’outils automatisés pour l’assistance à la gestion de crise 
  • des bases de données (SisFrance sur l’historique des séismes ressentis en France, Néopal, sur les déformations récentes et les paléoséismes,…).

Mouvements de terrain et érosion

Dans le domaine des mouvements de terrain et des risques liés à l’érosion, le BRGM intervient sur plusieurs types d’aléas :

  • Chutes de blocs (éboulements montagneux; érosion des falaises)
  • Glissements de terrains (glissements gravitaires lents; glissements coulées; coulées boueuses)
  • Erosion (érosion de versants; mouvements de masse)
  • Retrait-Gonflement des argiles.

L’objectif est de comprendre, d’évaluer et d’aider à la gestion des risques liés aux instabilités des versants et des sols en développant les objectifs suivants :

  • Comprendre et analyser les mécanismes du point de vue de l'initiation et de la propagation, notamment en y intégrant des scénarios de changement climatique (augmentation de l’intensité des pluies, fontes des glaciers, sècheresse, etc.) ;
  • Développer des méthodes de mesures in situ économiquement réalistes, et des outils de modélisation pour l'investigation et le suivi des sites instables ;
  • Aboutir à des outils de modélisation validés sur des sites pilotes à l'échelle locale, et à des méthodes d'évaluation de l'aléa et du risque déployables à l'échelle régionale ;
  • Dimensionner des systèmes de surveillance pouvant être mis en place dans les régions vulnérables, y compris les DOM, ou sur des sites à forts enjeux.

Cavités et aménagement du sous-sol

Les cavités souterraines, qu’elles soient d’origine naturelle ou anthropique, constituent une problématique majeure en termes de sécurité publique (effondrements) et de contraintes pour la construction.

L’objectif du BRGM dans ce domaine est d’appuyer l’Etat et les collectivités territoriales dans leurs politiques d'aménagement durable du territoire.

Il s'agit, en particulier :

  • de permettre une meilleure évaluation du risque (localisation et dimensions des cavités, évaluation de leur fragilité, estimation des dommages attendus) ;
  • aux différentes échelles spatiales qui vont du territoire (cartographies) à la cavité (diagnostics) ;
  • et aux différentes échelles temporelles : du très court terme (évaluation du danger immédiat et identification des signes précurseurs d'effondrement) au moyen ou long terme (estimation de la probabilité de survenance de désordres et de leur gravité).